• Facebook
  • Twitter
  • Google +

La cinquième façade

La cinquième façade - Lolitta Parizeau

En discutant avec un couvreur joliette qui revenait d’un voyage à Paris, nous avons évoqué la toiture du musée du Quai Branly. En effet, en visitant la tour Eiffel, il a été surpris de voir cette œuvre de l’artiste australienne qui décore la cinquième façade du musée.

Effectivement, cette étape est importante comme carrefour de cultures ancestrales de l’art aborigène de différentes régions avec l’art urbain. Ces artistes ont permis à leur art secret transmis de génération en génération de se perpétuer auprès de chaque visiteur de la tour Eiffel.

Les artistes ont fourni la matrice de leurs peintures qui ont été dupliquées par un système de pochoirs. L’application sur le toit a été réalisée par des ouvriers du bâtiment.

En matière de décoration, les plafonds ne sont pas souvent mis en valeur, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur. Dans le premier cas, on retrouve souvent une couche de peinture monochrome, blanche ou pastel. Quant à l’extérieur, hormis les toits végétaux qui font leur apparition timidement, les bardeaux d’asphaltes ne sont pas dignes d’être des chefs d’œuvre. Je crois que dans le futur, cette cinquième façade va devenir décorative, végétale, écologique ou récréative.

À bien y penser, compte tenu du prix du pied carré, chaque pouce pourrait être rentabilisé.

  • Le jardin revêt une fonction éducative pour apprendre le jardinage et entretien l’autoproduction.
  • La piscine sur le toit, au Québec, est limitée dans son utilisation avec le climat frais du Québec.
  • La terrasse peut être sympathique. On peut la rendre décorative. L’inconvénient est surtout le coût d’accès sécuritaire au toit.

En étant bien réaliste, les toits accumulent la neige, les feuilles d’arbres, les branches, des nids d’insectes et sont souvent des résidus à détritus. Si en plus, ils laissent apparaitre des fils d’électricité extérieurs et non-esthétiques dans les constructions anciennes, alors le cachet de la décoration peut paraître futile.

Je me laisse à penser que l’urbanisme va changer dans les prochaines années et que l’on pourra avoir des arbres fruitiers dans les parcs, des plants de vigne, des fraisiers, des salades. J’aspire à ce que nos toits soient plus verts pour assainir l’air que nous respirons et pour limiter les ilots de chaleur. Je rêve aussi que cette cinquième façade soit un lieu de vie pour bronzer, pour se reposer lorsque le temps le permet et pour être un support à décoration. Pensez-vous que des graffitis sur le toit ou des motifs par pochoirs pourraient être intéressants pour décorer certaines toitures ?

À propos de l’auteur :

author

Les langues, c’est ma passion: anglais, français, espagnol et même allemand. Quel bonheur que d’apprendre et de découvrir par l’apprentissage de nouvelles cultures! Comment j’apprends les langues au quotidien? Eh bien, tout simplement par le biais du net...et des voyages. Ce blogue, ce sera donc un endroit ou vous pourrez en apprendre davantage sur mes passions. Bienvenue!